Restauration

En 1834, afin de doter la ville de Cahors en eau courante, un projet de restauration de l’aqueduc a été envisagé par la municipalité de la ville. Une documentation importante comprenant l’étude du tracé, les profils, des plans de masse et des coupes altimétriques sera présenté à la commission municipale en 1850. Finalement rejetée au profit du captage de la fontaine des Chartreux, cette recherche représente une étude technique fort précise qui sert de base à nos travaux.   

Le projet de Cahors n’est pas isolé, des exemples analogues non aboutis sont signalés à Bourges, Périgueux et Poitiers. Dans les mêmes années, Limoges, Lyon, Nîmes et Rodez ont pour leur part, et après maints déboires, concrétisés ces remises en état totales ou partielles des conduites antiques qui sont encore en activité de nos jours.

 

fg En région    Conclusion fd

 

Aller au haut