Des vestiges menacés  

La nécessaire consolidation des vestiges, combinée à la demande croissante d’un public toujours plus sensibilisé va, à court terme, demander une politique efficace de protection.

   L’érosion, l’action du gel qui fait desceller des pierres de la maçonnerie qui tombent à la fin de chaque hiver, et surtout une importante végétation de broussailles ou de lierres détériore inexorablement ces vestiges presque deux fois millénaires. L’intervention humaine a encore contribué, ces dernières années, à la ruine de cette œuvre exceptionnelle par la récupération des matériaux et l’élargissement de routes ou de chemins.  

Cet aqueduc qui témoigne de l’habileté technique des romains représente un patrimoine régional inestimable et irremplaçable. Actuellement préservé de façon limitée, la protection administrative de nouvelles sections est hautement souhaitable pour pérenniser la conservation des vestiges. Elle devra être couplée à une mise en valeur qui permettra au public d’accéder aux vestiges en toute sécurité.

   Incontestablement, il y a là matière à un projet collectif qui ne manquera pas de répondre tout à la fois à la demande des collectivités locales dans un but de promotion touristique; et aux exigences des services administratifs en charge de la protection du patrimoine. L’exemplarité des récents travaux menés sur l’aqueduc de Nîmes nous ont montrés à quel point cette synergie entre élus locaux et scientifiques conduit, dans l’intérêt du plus grand nombre, à des résultats exemplaires.

    Je profite de cette conclusion pour vous rappeler qu'il peut être dangereux d'essayer de visiter les vestiges qui plus est sont situés sur des terrains privés pour la plupart.

 

Pour les personnes passionnés d'aqueducs, un site complet sur l'aqueduc de Nimes et le Pont du Gard : http://www.pontdugard.org/

Pont du Gard

 

fg Restauration

 

Aller au haut